La petite fabrique d'écriture

Terminus – Polly.

4 Commentaires

 

Je ne prends plus jamais le métro, ni un bus, ni un train toute seule.

Plus jamais.

Cela remonte à loin.

Je marche, je sais c’est  un peu tendance en ce moment de marcher, mais je suis une pionnière en la matière, voilà des années que j’use mes baskets sur l’asphalte entre mon quartier et la Défense où je travaille.

Quand j’arrive à destination, je m’installe pour un petit noir. On se connaît bien entre  habitués et même si parfois un barman s’en va, un autre arrive, il ne faut guère de temps pour l’adapter à nos besoins.

Je me lève toujours très tôt afin de papoter un moment avec tout mon monde. Ensuite j’enlève mes baskets et mes chaussettes, j’enfile jupe, bas et talons, aux toilettes évidemment. J’ai un grand sac en bandoulière ultra léger pour tous mes accessoires de vie sociale.  Et le soir, je me change au bureau, très vite, dès que l’heure a sonné d’entreprendre les trottoirs. Dix kilomètres aller-retour sous les semelles préservent une silhouette. Mais pour que mes pieds s’assagissent, il a fallu trouver les bonnes chaussures, j’ai tâtonné longtemps, mes orteils s’en souviennent en cors.

Cette mode des talons est une torture, mais il serait malvenu de passer la porte sans tenue adéquate : cravates pour les sieurs, talons pour les dames. Les codes vestimentaires dans les hautes sphères de la bureaucratie des multinationales s’ils sont issus d’une courtisanerie, n’en sont pas moins obligatoires si vous voulez garder votre poste, y compris le plus infime des postes de secrétaire ou de standardiste.

Quand j’atteins mon bureau, une lettre de la direction prône devant l’écran. Tout à coup j’ai des sueurs chaudes, très chaudes. Période pré-ménopause sans doute, sans doute pire.  En effet pire. On me notifie un entretien, et un entretien hors saison des entretiens, c’est-à-dire en mai, n’est pas bon signe. Deux heures devant moi à me ronger la pensée.

Je ne claque pas la porte du DRH, mais c’est tout juste. On avait eu les bruits de couloirs sur une restructuration, mais nos postes ne devaient pas être touchés. Je suis mutée ou virée. Au choix ! Je recevrai ma lettre recommandée d’ici peu. Je suis mutée aux Ulis ! C’est-à-dire à perpette. De toute façon je ne peux pas y aller à pied, je déteste le vélo et me sens incapable de conduire un engin quelconque… et je n’irai pas en train. Impossible ! J’ai une frousse panique des transports en commun depuis que je me suis endormie dans le métro. Et je ne vois pas mon Jeannot m’accompagner tous les matins et venir me chercher les soirs.

Je m’étais endormie, et quand je me suis réveillée j’étais dans le noir du wagon, tout était calme, tout était vide. Et j’étais seule, très seule sans pouvoir sortir, totalement impuissante devant les portes hermétiques.  J’ai frappé fort à la vitre, j’ai hurlé, j’ai hurlé si férocement qu’on m’a entendue. Le chauffeur est revenu, furieux, il venait de terminer son travail,  j’étais au terminus. Il m’a ramenée jusqu’à la première rame en fonction. J’étais au bord de l’apoplexie. Je suis sortie sur le quai à toute allure, c’était une question de survie et j’ai grimpé avec une rapidité hors les normes les marches vers la sortie.

De l’air ! Cette impression de n’avoir pu respirer pendant tout ce temps… de l’air. Une gentille dame a appelé les secours car je me suis évanouie. C’était comme un terminus aussi dans ma tête.

Alors les Ulis… je ne vois pas comment m’y rendre si ce n’est en montgolfière, mais ça ne courent pas le ciel ces engins et pour se garer sur mon balcon… même pas en rêve !

Job en l’air, tête à l’envers… évasion.

Finalement je rêve jusqu’à midi devant mes dossiers. Ma décision est prise, entre eux et moi c’est aussi terminus. Qu’ils se débrouillent. Je leur laisse mes talons si ça peut les aider.

Un terminus n’est jamais qu’une étape tant qu’on ne verrouille pas les portes en soi.

 

Où lire Polly

4 réflexions sur “Terminus – Polly.

  1. Que les portes de soi sont importantes, pour prendre sur soi et continuer le chemin malgré les nombreux terminus à franchir… un très beau texte Polly.

    J'aime

  2. Ne jamais verrouiller ces portes-là. 🙂
    Tant sont confrontés à ces changements de vie, d’emploi, de lieu… et pourtant, il faut avancer. (je laisse les talons aussi… )
    Merci pour tout, Polly.
    Bisous.

    Aimé par 1 personne

  3. Mutée n’est pas tjs une bonne nouvelle, surtout quand on se demande comment arriver au boulot au nouveau poste… Dans la vie ce n’est le job qui cause souci, c’est souvent les kilomètres pour y arriver ! 😉 oh oui, qui se donne les moyens retrouve un poste, bonne chance Polly 😉

    Aimé par 1 personne

  4. C’est arrivé à ma fille aînée, elle en parle encore, (la peur qu’elle a eue) et elle , c’est tous les jours « Les Ullis/ Paris ». Elle vient d’obtenir un poste de directrice de recherche à la fac d’Orsay et elle dit « ouf, enfin, plus de bus, plus de RER! »
    La vie est dure, de plus en plus dure, et je comprends cette femme qui a eu le courage de dire stop!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s